Événements
Thématiques International National Formation Normandie Innovation Manche Maritime / Portuaire Cherbourg Emploi Industrie CCI Médias / Vidéos

Cherbourg : General Electric inaugure son usine de pales d’éoliennes

Publié le  08/11/2019
Jacques-Olivier Gasly
Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, devant la photo d'une pale géante fabriquée à Cherbourg
L’éolien en mer français vient de franchir un cap important avec l’inauguration du site LM Wind Power, situé sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin (50). Il s’agit en effet à l’heure actuelle du seul site capable de construire les pales d’éoliennes les plus grandes du monde !

107 mètres ! Telle est la capacité de fabrication des pales de grande longueur pour éoliennes du site normand que General Electric vient d’inaugurer à Cherbourg-en-Cotentin. Démarrée au début de l’année 2019 avec une phase test de 5 pales d’éoliennes, la construction est aujourd’hui pleinement opérationnelle. Et c’est au terme de la construction de sa 6ème pale, la première réalisée dans le cadre du marché Orsted aux Etats-Unis (100 turbines, soit 300 pales à construire sur le site), qu’a officiellement été inaugurée cette usine.

“Avec notre site de Saint-Nazaire qui est spécialisé dans la fabrication de nacelles, et celui de Cherbourg pour la fabrication de pales, nous sommes le premier acteur industriel de l’éolien en mer en France. Cette usine jouira d’une véritable envergure internationale grâce au succès à l’export enregistré récemment par notre nouvelle éolienne Haliade-X-12MW”, s’est réjoui Jérôme Pécresse, président de GE Renewable Energy.

En effet, après le contrat d’Orsted, le groupe GE Renewables Energy a également été sélectionné pour le programme de Dogger Bank au Royaume-Uni, projet qui est à ce jour le plus grand parc au monde d’éoliennes en mer, implanté au large du Yorkshire.

“Mais le succès de cette usine, c’est aussi celui d’un pari”, a tenu à rappeler Hervé Morin, président de la Région Normandie. Pour éviter des retards supplémentaires dans un dossier administratif complexe et long (les premiers contacts de GE pour s’installer sur le port de Cherbourg remontent à 2011), les collectivités se sont en effet lancées dans la réalisation des travaux nécessaires à cette implantation, avant l’engagement formel de l’industriel. Des délais que l’on retrouve également à l’échelon national : pas moins de 12 années se sont ainsi écoulées entre les premières prises de décision de l’État française et les premières réalisations concrètes.

Plus d’information avec Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances

Une bonne nouvelle pour l’emploi

En matière d’emploi, cette implantation normande est une véritable aubaine. Si 250 personnes sont actuellement employées sur le site, elles seront 320 d’ici la fin de l’année et à pleine charge le site fonctionnera avec un effectif total de 550 personnes. Du personnel formé pour l’occasion et dont une trentaine d’entre eux a été mise à l’honneur lors de l’inauguration avec la remise de leurs CQPM (Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie). A terme, près de 2 000 emplois seraient concernés par la structuration de la filière sur le Cotentin, plus de 6 000 à l’échelle de la Normandie.

Mise à l’honneur des collaborateurs lors de l’inauguration avec la remise de leurs CQPM
Par  Jacques-Olivier Gasly