Événements
Normandie Développement international Transport / Logistique Le Havre Rouen Industrie

Le Havre veut relancer l’exportation du bois

Publié le  10/02/2017
Jacques-Olivier Gasly
Le Havre veut relancer l’exportation du bois
Une plateforme de traitement des bois par solution thermique opérationnelle à Sandouville.

Cette solution innovante de désinsectisation, conçue par la PME normande Agronet, devrait permettre au port de relancer l'exportation, ralentie depuis juillet 2016 : le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Forêts avait alors interdit l'export des grumes de bois jusque-là traitées chimiquement. Cette mesure non appliquée dans les ports du Nord, comme Anvers, qui pratique la fumigation au fluorure de sulfuryle, ou  Barcelone, en Espagne, avait de graves conséquences pour les ports français : jusqu'à 100 000 conteneurs de grumes françaises chaque année, a évalué l'Union maritime et portuaire du Havre (Umep), devaient partir via les ports étrangers.

 

" Il y avait un vide technique pour éliminer les parasites ", explique Benoît Vacquer, dirigeant d'Agronet, depuis l'interdiction de traitement chimique des grumes, par pulvérisation. Les méthodes dites "naturelles" telles que le trempage et l'écorçage sont inapplicables, coûteuses, nocives pour le chêne ou le hêtre ou encore refusées par la Chine.

 

Agronet, société spécialisée dans le thermique et la fumigation pour le secteur agro-alimentaire, basée à Grand-Quevilly avec 8 salariés, a alors investi dans la recherche et le développement (70 000 euros) et planché sur une nouvelle méthode, brevetée (Thermotainer) : le traitement est thermique, à 71°C sous écorce et dure de trois à sept heures durant, via un caisson adapté au conteneur.  " Nous pouvons traiter jusqu'à vingt conteneurs par jour ", assure Benoît Vacquer. La méthode a été homologuée par le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Forêts et de la direction générale de l'Alimentation (DGAL). Et par la Chine, destination privilégiée, qui délivre le certificat phytosanitaire à ce type de traitement.

 

Une dizaine d'unités ont été installées de façon expérimentale dès juillet dernier sur le site du logisticien De Rijke, à Oudalle, sur la zone industrielle portuaire du Havre. Depuis le 23 janvier, une nouvelle plateforme de traitement peut accueillir les premiers conteneurs de grumes sur le site de la Compagnie nouvelle de manutentions et de transports (CNMT), à Sandouville. Son objectif : permettre de rapatrier au Havre les exportations de grumes, notamment vers l'Asie, qui représentaient au préalable un trafic annuel d'environ 45 000 EVP* par an.

 

Agronet va aussi équiper le port de Brest en février. À Fos-sur-Mer, près de Marseille, c'est la société Environnement Services qui intervient depuis novembre pour le traitement thermique des grumes de bois, avec les mêmes outils. Reste à " revoir pour l'adapter " la redevance phytosanitaire, note Benoît Vacquer : le procédé thermique se voit appliquer un taux aussi élevé que le traitement chimique.
 

 

  • Equivalent-Vingt-Pieds, mesure standard pour les conteneurs

 

http://www.agronet.fr

 

Source : ANI

Copyright : ANI

Par  Jacques-Olivier Gasly
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Normandie – La Région et Pôle Emploi contractualisent pour plus de performance