Événements
Normandie Eure Aménagement du territoire Entreprendre Industrie

Caudrillier : un nouveau virage pour l’entreprise de la vallée de l’Andelle (27)

Publié le  11/09/2017
Jacques-Olivier Gasly
Caudrillier : un nouveau virage pour l’entreprise de la vallée de l’Andelle (27)
Reprise en 2011, l’entreprise Caudrillier et SN Husson (reprise en 2013) ont désormais destin lié. Guillaume Lentier, à la tête des deux entités, vient de procéder à un rapprochement de lieux entre les deux entreprises. Un choix stratégique pour leur développement.

Caudrillier et SN Husson, deux entreprises distinctes (la première, entreprise de chaudronnerie, est spécialisée dans l'usinage et la fabrication de machines spéciales, la seconde dans la fabrication des moules), sont désormais réunies sur un même site pour un développement commun. Car ces deux entreprises ont la particularité d'avoir à leur tête le même repreneur : Guillaume Lentier lequel affirme : " A chaque fois, j'ai été motivé par la volonté de ne pas voir disparaître un réel savoir-faire. En ce qui concerne SN Husson, c'est l'une des dernières entreprises de Normandie (et de France aussi) à être capable de fabriquer des moules techniques de haute technicité pour les secteurs de l'industrie automobile, de l'agroalimentaire ou encore pharmaceutique."
 

 

Mais jusqu'alors, les deux activités demeuraient chacune dans leurs installations historiques (Charleval dans l'Eure et Saint-Pierre-lès-Elbeuf en Seine-Maritime). Un éloignement qui a terme était susceptible de mettre en péril la pérennité des deux structures. " En nous installant dans la commune de Fleury-sur-Andelle sur un ancien site industriel de l'entreprise de bâtiment et constructions industrielles Vallette, nous avons pris une décision capitale qui a pour principal objectif de nous permettre de restaurer nos marges ", détaille ce " survivant de l'industrie ". Car même avec 20 % de croissance et un chiffre d'affaire de 8,5 M€ contre 7 l'année précédente, l'avenir restait compliqué.
 

 

" Avec les deux entités, nous sommes désormais sur un volume global de 10 M€ d'euros, et nous mutualisons tout ce qui peut l'être. Mieux, nous avons profité de ce déménagement pour repenser notre organisation en interne. Par exemple, pour Caudrillier, tout est articulé autour du magasin de stock de l'entreprise où une personne est chargée des commandes, de la gestion des stocks et une autre est en charge de la découpe des pièces dont le personnel a besoin. De cette manière, le soudeur soude et n'a pas à attendre la pièce qu'il mettait lui-même en découpe. Gagner en productivité et utiliser les compétences où elles doivent être, c'est aujourd'hui le seul moyen de générer de la marge ", insiste Guillaume Lentier.
 

 

Et si la période de ces 9 derniers mois est à mettre aux oubliettes, ce chantier de rapprochement ayant été un véritable parcours du combattant : " il faut vraiment être acharné et fou pour y arriver ", concède Guillaume Lentier. Le chef d'entreprise envisage désormais de belles perspectives de développement, notamment au travers des études actuellement réalisées avec la start-up rouennaise Robocath* qui a réalisé en mai dernier une levée de fonds de 4,7 millions d'euros. C'est en effet SN Husson qui développe actuellement moule et prototypage du dispositif. SN Husson étant également en capacité de réaliser des productions test et de petite série, elle s'est rapidement imposée comme un partenaire de choix, qui plus est normand, pour le développement de ce projet d'envergure mondial.
 

 

*Robocath développe une plateforme spécialisée dans le traitement de maladies cardiovasculaires qui permet d'améliorer la prise en charge des patients et surtout de réduire drastiquement l'exposition des médecins aux rayons X : le risque de troubles-musculo-squelettiques est ainsi limité pour les praticiens, aujourd'hui obligés de porter un gilet de plomb de plusieurs kilos.

Source : J-O.G.

Copyright : Normandinamik

Par  Jacques-Olivier Gasly
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Créaline : une extension à 16 millions d’euros, dont 1 million de la Région