Événements
Normandie Transport / Logistique Industrie chimique

Des courants positifs pour Haropa

Publié le  08/01/2018
François Colombier
Des courants positifs pour Haropa
2017 a été une année record pour Haropa, porté par des performances fortes dans plusieurs secteurs, dont les conteneurs.

" Toutes les filières sont en hausse ". C'est avec un grand sourire que le président d'Haropa, Nicolas Occis, détaille les chiffres de l'année 2017 des places portuaires du Havre, de Rouen et de Paris. Le trafic maritime, en hausse de 6 %, à 92,64 Mt de tonnes. 

 

Les conteneurs, qui constituent un marqueur de compétitivité essentiel, passent pour la première fois le cap de 3 millions d'EVP. Haropa qui n'atteignait pas les 6 % de part de marché sur le fameux " rang nord-ouest européen ", a dépassé en 2017 les 7 %. Un petit pas, certes, mais qui est au moins réalisé dans la bonne direction.  Alors que les géants Anvers et Rotterdam sont en quelque sorte victimes de leur succès et voient leur plateforme portuaire se congestionner, Le Havre  peut mettre en avant la fluidité, la qualité des systèmes informatiques et les progrès dans la logistique et la multimodalité.  Cela reste un défi complexe, un combat quotidien que celui d'aller, comme le dit Hervé Martel (directeur général du port du Havre) " chercher les boîtes millier par millier ".  Dans la lourde réorganisation du commerce maritime mondial, Haropa n'a pas été négligé par les nouveaux acteurs, les nouvelles alliances l'ont inscrit sur leur carnet d'escales, et annoncent des développements à venir, comme The Alliance qui ouvrira au nouveau service vers l'Asie en avril prochain. 

 

" Les nouvelles sont bonnes sur les autres filières ", commente Nicolas Occis, alignant les croissances à deux chiffres : + 18 % pour le pétrole brut, + 18,9 % pour les matériaux de construction… De quoi amortir les mauvaises performances de la filière céréalières (6 18 %), même si la tendance semble enfin se retourner. La filière tourisme (437 000 passagers, + 16 %, le 500e anniversaire du Havre n'étant pas étranger à ce gain) ou  encore le terminal roulier dont les succès, avec 300 000 véhicules traités, forcent à se poser la question d'un agrandissement de la superficie, figurent également à la liste des bons élèves. 

 

  • Continuer à investir

Au-delà des performances, Haropa aime à valoriser la régularité des investissements effectués dans son domaine. Si un trafic peut être victime d'aléas conjoncturels, la confiance témoignée par les industriels ou les logisticiens qui modernisent leurs outils ou qui en font sortir de terre s'avère un marqueur déterminant de la bonne image et de la bonne santé d'Haropa. 427 M€ ont ainsi été engagés en 2017, auxquels s'ajoutent les 86 M engagés par Haropa. Sur les deux dernières années,  le milliard d'euros d'investissement a été dépassé, avec à la manœuvre de grands noms comme Bolloré Logistic à Port-Jérôme ou Eiffage à Petit-Couronne.

 

" Nous allons poursuivre nos investissements cette année ", affirme Nicolas Occis. À chacun sa spécialité : au Havre, ce sera la rénovation des écluses de Tancarville et François 1er, et on attend " avec un certain optimisme ", selon Hervé Martel, le déclenchement des opérations autour de l'éolien offshore. À Rouen, on achève l'immense chantier du programme des accès maritimes, engagé en 2012, et qui aura permis de gagner un mètre de tirant d'eau. En Ile de France, Haropa continue à être un des acteurs majeurs du Grand Paris, et du transport fluvial des déblais et des matériaux de construction, évalués à 43 Mt.  

 

L'avenir étant multimodal, ce sont d'autres éléments positifs qui s'ajoutent à la conjoncture favorable. Le terminal multimodal du Havre fait la preuve de son efficacité (145 000 EVP en 2017, 170 000 attendus pour 2018), les travaux de modernisation de Serqueux – Gisors ont commencé en fin d'année et s'achèveront en 2020. Ce sera " un ballon d'oxygène pour les trains de céréales et de conteneurs ", estime Hervé Martel, qui évoque également la démarche " Fret Ferroviaire Axe Seine ", menée par SNCF Réseau, qui vise à améliorer l'allocation des sillons et qui semble montrer des progrès sur la stabilité et la fiabilité.

 

" Haropa produit des résultats ", peut affirmer Nicolas Occis. Un message destiné à être entendu par ceux qui remettent en question la gouvernance et le fonctionnement de l'alliance, dans l'attente des conclusions du rapport que le Premier Ministre a commandité au préft Philizot, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine, sur le pilotage d'Harpoa.  " Nous avons bien fait de nous lancer dans cette aventure, car c'est à l'échelle de la vallée de la Seine que se construisent la compétitivité, l'attractivité, le développement du trafic ". Il n'en reste pas moins qu'Haropa revêtira certainement de nouveaux habits. " La donne fiscale, économique, institutionnelle va changer dans les prochains mois ", prévoit Hervé Martel. 

 

 

  • Selon l'Inse en 2015, les complexes industrialo-portuaires de Rouen et du Havre emploient 48 500 salariés, Les complexes industrialo-portuaires restent importants dans la région en termes d'emploi et de richesse dégagée. Ainsi, le complexe industrialo-portuaire du Havre génère 30 % de la richesse dégagée par le récent Pôle métropolitain de l'estuaire de la Seine.

 

 

Copyright : Normandinamik

Par  François Colombier
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Marché-Privé.boutique, la place de marché locale arrive au Havre