Événements
National

La solitude du chef d’entreprise

Publié le  13/04/2018
Justine Hunault
La solitude du chef d’entreprise
Le chef d’entreprise est souvent très seul. Face à des montagnes de questions, de décisions, d’incertitudes, de prévisions, d’ambitions, il doit à son instinct de trouver le bon cap.

Le chef d'entreprise est souvent très seul. Face à des montagnes de questions, de décisions, d'incertitudes, de prévisions, d'ambitions, il doit à son instinct de trouver le bon cap.
 
Il serait illusoire de croire que les réseaux sociaux peuvent suffire à combler cette solitude. Ils jouent certes un rôle important dans l'acquisition de connaissances, dans tous les sens du terme, dans le développement commercial, mais ils peuvent constituer aussi un redoutable piège.
 
Maîtriser leurs codes demande une technique qui n'est pas accessible à tout le monde, cela prend du temps d'y être pertinent, et le risque d'un dérapage, dans cette caisse de résonance qui sonne souvent creux, n'est pas négligeable. Et, finalement, devant son écran, n'est-on pas toujours seul ? On ne peut faire l'impasse sur Twitter, Facebook, LinkedIn, mais on ne doit pas les considérer comme des panacées.
 
Les clubs et cercles de dirigeants sont en revanche une solution qui a fait ses preuves et qui regroupe bien des avantages pour briser sa solitude. Ils ont chacun leur particularité, mais le CJD, l'APM, BMI, pour ne citer que les principaux d'entre eux, parlent de compétences, de progrès, de développement humain ou commercial, de réflexions sur les problématiques communes. Chacun à son ambiance, ses objectifs, et il convient de bien déterminer ses attentes et ses besoins avant de s'engager, mais dans tous les cas ils ouvrent les portes et les yeux.

Source : Magazine Normandinamik #25 | Mars-Avril 2018

Copyright : Normandinamik

Par  Justine Hunault
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Rapace-2018