Événements
Thématiques Normandie Innovation Numérique Manche Développement international Emploi Industrie

2021 : une année très difficile pour le Normand ACOME

Publié le  10/06/2021
Jacques-Olivier Gasly
« Un choc économique majeur jamais connu ! » C’est en ces termes que Jacques de Heere, président-directeur général d’ACOME, s’est adressé à la presse régionale en préambule de l’AG annuelle de l’entreprise, basée à Mortain, dans la Manche.

« L’impact de la crise sur notre activité s’est traduit pour le groupe par un recul de notre chiffre d’affaires de 21%, soit 110 millions d’euros de moins qu’en 2019. Nous terminons donc notre exercice sur un chiffre d’affaires de 420 millions d’euros. C’est un choc économique majeur que nous n’avions jamais connu dans l’entreprise, même si globalement nous nous en sortons plutôt bien, dans la mesure où le groupe sort un résultat net positif à plus 10 millions d’euros », détaille le responsable de la 1ère Scop de France, dont 100 % des salariés sont actionnaires.

Mieux, grâce à l’ensemble des dispositifs mis en place par l’État afin de juguler les effets de la crise sur l’économie française et d’accompagner les entreprises, notamment au travers des mesures d’activité partielle, le Groupe ACOME a été en mesure de préserver l’emploi. « En France, dans les 6 usines du groupe, nous n’avons eu à procéder à aucun licenciement. Même si nous n’avons pas renouvelé les contrats qui arrivaient à échéance, grâce à ces aides et à la mise en place d’un plan d’économies drastiques ainsi qu’à une très grande rigueur de gestion, nous avons réussi à ne pas licencier. Et je crois qu’il faut le dire : la France a été un des pays les plus aidé au monde… », insiste Jacques de Heere.

Une feuille de route jusqu’en 2025 et au-delà…

Pilier du développement de l’entreprise normande, l’innovation sera une fois de plus au cœur de sa stratégie, notamment dans l’automobile. « Ce secteur va être marqué par le recul progressif des moteurs traditionnels. Nous allons passer du thermique à l’électrique, ce qui est porteur pour nous d’opportunités et d’innovations. Il faut en effet inventer les câbles de demain, pour alimenter en électricité ces ordinateurs à 4 roues, mais aussi afin de transmettre les informations qui en font des objets communicants et connectés. En chiffres, cela se traduit par deux fois plus de câbles utilisés qu’aujourd’hui, soit 3 à 4 kilomètres de câbles contre 1,5 kilomètres aujourd’hui… ».

Premier acteur du déploiement du haut-débit en France grâce à la production de ses fibres optiques, ACOME entend également demeurer cet acteur majeur du secteur des télécoms, en accompagnant cette fois-ci nos voisins européens dans la mise en œuvre de leurs réseaux à très haut débit sur les 10 à 15 prochaines années.

« Nous allons également positionner sur le site de Mortain, une plateforme d’expérimentation pour l’industrie 4.0 et les nouveaux usages liés aux technologies 4G, 5G et futures, avec là encore du câble pour transmettre les flux d’informations permettant de piloter des sites industriels à distance », détaille Jacques de Heere.

Une initiative qui s’inscrit dans un plan global d’investissement à 5 ans de 100 millions d’euros et pour lequel ACOME envisage à la fois de l’autofinancement et du recours aux investisseurs ainsi qu’au plan de relance mis en place par l’État pour lequel un dossier vient d’être déposé.

Par  Jacques-Olivier Gasly