Événements
Développement durable Normandie Développement international Transport / Logistique

Assises de l’Economie de la Mer : la promesse d’une approche plus verte !

Publié le  23/11/2017
Jacques-Olivier Gasly
Assises de l’Economie de la Mer : la promesse d’une approche plus verte !
Inaugurées mardi par le Chef du gouvernement Edouard Philippe et clôturées hier par Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, les assises de l’Economie de la mer, organisées au Havre, ont été un moment privilégié d’échanges et d’annonces liées au maritime.

Si dans son discours inaugural le Premier ministre a détaillé les aspects stratégiques de son programme, il a également insisté sur le " défi économique " que représenterait la mer pour le 21e S. " La mer doit donc devenir un espace de transition. En 2000 ans, des transitions, le transport maritime en a connu quelques-unes. Rame, voile, vapeur, gas-oil, et maintenant ? ", interroge Edouard Philippe.
 
Et c'est justement dans cette optique que le Premier ministre a confirmé parmi plusieurs intentions, celle de " maintenir les exonérations de charges pour les armateurs, votées en 2016, et qu'elles soient maintenues durablement. Parce qu'il y a là aussi, plus qu'un simple enjeu commercial, un enjeu de souveraineté ", a argumenté l'ancien maire du Havre.
 
Une " stabilité fiscale " qui est directement à l'origine d'une autre annonce. Celle de l'armateur CMA-CGM, de modifier le mode de propulsion de ses futurs navires. " En septembre, nous avons annoncé une commande de 9 navires d'une capacité de 22 000 conteneurs ", explique ainsi Rodolphe Saadé, directeur général et membre du Conseil d'Administration de CMA-CGM, à l'occasion de la remise des diplômes de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime, organisée en marge de ces assises.
 
" C'est une innovation mondiale. Nous serons les premiers à faire fonctionner au GNL des porte-conteneurs aussi grands. Le GNL est un gaz propre qui permet de réduire de 25 % les émissions de CO2 et de supprimer 99 % des émissions de particules fines " explique ainsi fièrement Rodolphe Saadé, non sans préciser que trois de ces navires battront bien pavillon français…
 
" En choisissant le GNL, le Groupe CMA CGM va au-delà des réglementations actuelles et à venir concernant la limitation du taux de sulfure à 0,5% à l'horizon 2020 et s'inscrit pleinement dans les suites de l'accord de Paris et des discussions actuellement en cours au niveau international ", indique le groupe. " De plus, l'indice d'efficacité énergétique (EEDI), qui calcule l'empreinte environnementale d'un navire, s'améliore de +20% par rapport à un navire propulsé uniquement au fuel ".
 
Chaque année, les navires CMA-CGM exportent plus de 6 500 000 tonnes de produits français dans le monde entier. Créé en 1978, ce groupe familiale qui réalisera en 2017 un chiffre d'affaires supérieur à 20 milliards USD est aujourd'hui présent dans plus de 160 pays et emploie près de 29 000 personnes dans le monde dont 4 500 en France. Composée de plus de 460 navires, la flotte CMA-CGM est également composée de 8 000 marins. Sur les 500 marins français qui la compose, plus de la moitié sont des officiers issus de l'ENSM...

Source : J-O.G.

Copyright : Normandinamik

Par  Jacques-Olivier Gasly
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
ESITC-Canal-Houle