Evénements
Agroéconomie Développement durable Formation Normandie

En Normandie, les lycées de la Région bénéficient d’une charte pour manger local !

Publié le  20/03/2018
Jacques-Olivier Gasly
En Normandie, les lycées de la Région bénéficient d’une charte pour manger local !
La Région Normandie vient de présenter officiellement au Havre son dispositif « Je mange normand dans mon lycée ».

C'est dans les locaux du lycée Jules Lescène, spécialisé dans les métiers de l'hôtellerie, qu'Hervé Morin a présenté la toute nouvelle charte " Je mange normand dans mon lycée ". " Il s'agit de la déclinaison de notre nouvelle politique régionale en matière de restauration scolaire ", a ainsi expliqué le président de la Région Normandie. Une politique qui vise à soutenir les filières de proximité, à recourir autant que possible à des produits issus de l'agriculture mais aussi de l'agroalimentaire normandes tout en soutenant l'emploi de ces filières régionales.

" Notre objectif est clair : soutenir l'économie régionale ! En sachant que nous nous sommes fixés à l'horizon 2021 de proposer 80 % de produits normands dans les restaurants de nos lycées et qu'actuellement le coût annuel des denrées alimentaires est estimé à 26 millions d'euros, cela ne représentera pas loin de 20 millions d'euros, directement pour les entreprises et exploitations de la région… ", assure Hervé Morin.
 

Cependant, si sur le papier, cela semble simple et évident, il a cependant été nécessaire d'organiser et  de construire cette organisation avec les professionnels de la restauration scolaire, soit un travail en amont de près de 8 mois, notamment sur les aspects réglementaires. En effet, si chaque établissement est relativement autonome dans le choix de ses approvisionnements, il est toutefois soumis au cadre strict et encadré qu'est celui de la commande publique... Et c'est pour cette raison que les établissements, qui ont déjà fait le choix de la charte (proposée depuis la rentrée 2017) et ceux qui souhaitent la rejoindre, peuvent solliciter la Région pour disposer d'un accompagnement spécifique sur cette thématique.
 

Enfin sur un aspect plus financier, le président de la Région a tenu à rassurer les intendants des lycées présents lors de cette présentation. " Non, cela ne coûte pas plus cher de manger normand. Si je prends l'exemple du lycée d'Honfleur que je suis allé visiter, cela coûte moins cher au chef de se fournir en pommes chez Alleaume à La Rivière Saint-Sauveur que de les acheter chez son grossiste. Après, ce qu'il faut organiser, et c'est l'un des autres volets de cette charte, ce sont les flux ". A elle seule, la Normandie totalise 148 lycées et 129 restaurants scolaires pour 106 000 lycéens du territoire, soit 13 millions de repas par an…
 

De nombreuses actions spécifiques au plan " Je mange normand " ont déjà été lancées :
 

  • La Chambre d'Agriculture Régionale de Normandie et la Région accompagnent 32 établissements dans leur démarche d'approvisionnement en produits locaux.
  • 4 sessions de formation sont prévues pour 2018, dans les domaines de l'accueil en self, de la cuisine évolutive, des règles de commande en approvisionnement régional…En 2017, 3 sessions de formation de chefs de cuisine ont porté sur l'élaboration des menus, la diversité des hors-d'œuvre et les techniques de pâtisserie. 
  • En 2017, 15 animations culinaires organisées par la Chambre d'Agriculture, en collaboration avec ses partenaires (Défis Ruraux, Association Bio Normandie…) ont été menées auprès des lycéens.
  • L'organisation de rencontres territorialisées entre les acteurs de la restauration scolaire (chefs de cuisine et gestionnaires) : la première est prévue au deuxième semestre 2018 dans le Calvados: elle a pour objectif de développer les relations commerciales entre les fournisseurs de produits locaux et les acheteurs.

 

Source : Jacques-Olivier Gasly

Copyright : Normandinamik

Par  Jacques-Olivier Gasly
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Caen : Seaver passe au galop
Agroéconomie
29/11/2017
Caen : Seaver passe au galop