Événements
Thématiques

La start-up Syment réinvente la copropriété

Publié le  16/04/2018
Justine Hunault
La start-up Syment réinvente la copropriété
Plateforme de gestion immobilière résidentielle, Syment réinvente la copropriété.

Elle est Luxembourgeoise de naissance (mars 2016), mais ses créateurs, Guillaume Perrodin et Mickaël Canu, sont Normands : alors Syment est revenue aux sources. Aujourd'hui start-up active (8 personnes) à la pépinière Granville Digital, elle pourrait révolutionner la profession des syndics !
 
Dédiée aux gestionnaires de biens immobiliers, syment.com permet aux acteurs d'une résidence (syndics, copropriétaires, locataires, usagers occasionnels) d'interagir en temps réel. Plateforme de solutions globales et coopérative, elle a vocation d'optimiser la gérance courante " nous évitons les tâches répétitives ", couplant mémorisation des données (" les plans d'origine, la réglementation ") et des fonctionnalités à distance (" gestion des incidents, messagerie interne, etc. "). Simplifiant les échanges, elle favorise la création de valeur ajoutée, ici Syment se positionne " tiers de confiance " auprès des syndics et des bailleurs sociaux.
 
Évolutive, l'API prévoit d'agréger une chaîne de prestataires sur tous les postes clefs, poussant les créateurs à enchaîner les partenariats : " Un éditeur de logiciels, une société de contrôle réglementaire ". Déjà, ils ont conquis des donneurs d'ordre au Luxembourg et en France, facilitant l'exploitation de parcs urbains résidentiels " plusieurs centaines d'appartements " à l'avant-garde du BIM et de l'habitat participatif. Syment a ses entrées jusqu'à Tokyo, ambitionnant l'export (avec CCI International Normandie). À venir, " un nouveau design, des services innovants autour de l'expérience client "

Source : Magazine Normandinamik #25 | Mars-Avril 2018

Copyright : Normandinamik

Par  Justine Hunault
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
Dans l’Eure, Groupe Risloise reste normand grâce aux acteurs régionaux