Événements
Thématiques Normandie Formation Numérique Orne Alençon Industrie CCI

COVID-19 : l’ISPA, au cœur de la lutte

Publié le  13/05/2020
Jacques-Olivier Gasly
Depuis maintenant 7 semaines, l’Institut Supérieur de Plasturgie en Alternance (ISPA), basé à Alençon et créé il y a maintenant près de 35 ans par la CCI, est au cœur de la lutte contre le COVID-19. Grâce à un procédé développé par son directeur, l’institut fabrique des surblouses destinées à protéger les soignants et les aidants, ainsi que des visières.

Depuis le 3 avril, toutes les ressources de l’ISPA d’Alençon sont mobilisées pour participer à l’effort national dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Spécialisé dans la formation par alternance appliquée aux métiers de la plasturgie, du titre professionnel à celui d’ingénieur, l’institut a en effet produit quelques 1 200 visières de protection et 6 000 surblouses en plastique, nettoyables et recyclables, remises gratuitement aux soignants de l’hôpital d’Alençon et aux soignants de Normandie.

« Avec une douzaine d’apprentis du cycle ingénieurs ISPA-IMT Lille Douai, nous avons travaillé sur leur temps libre, en semaine et le week-end, à la conception et à la réalisation de visières et de surblouses », explique Franck Steunou, directeur de l’ISPA. Et si dans un premier temps, les réalisations ont été produites sur les stocks propres en matières premières de l’institut, très rapidement une chaîne de solidarité exceptionnelle s’est mise en place.

« Dans un premier temps, nous avons contacté des entreprises normandes qui, toutes, ont accepté de nous aider en nous mettant à disposition des matières premières. Soit sous forme de granulés plastiques, soit sous forme de gaines, c’est-à-dire des bobines de plastique, qui sont soudés pour en faire des surblouses », détaille le directeur. Informés de son action, les services de la préfecture sont également intervenus en facilitant l’acheminement de ces matières premières : des pompiers pour les entreprises en proximité jusqu’à l’armée pour les destinations plus lointaines !

« Je tiens sincèrement à remercier les entreprises qui ont accepté de nous suivre dans cette démarche. Il s’agit d’ARKEMA (2,6 tonnes de granulés plastiques), de BISCHOF + KLEIN (3,6 tonnes de gaine plastique), de NORSTICK (qui a offert la 1ère tonne de gaine plastique) et de SEMO-PACKAGING, (10 tonnes de gaine). Cette dernière entreprise, située dans les Pyrénées, fait ainsi partie du même groupe que CEISA-PACKAGING à Bernay. Et c’est par leur intermédiaire que la chose a été rendue possible », détaille le directeur de l’ISPA.

Dans cette aventure, Franck Steunou a également profité du concours de l’hôpital d’Alençon avec l’une de ses infirmières hygiéniste pour valider et améliorer les différents prototypes. Une entreprise qui, pour l’enseignant et ses apprentis, a vite pris les aspects d’un travail dirigé en condition de production. « Au tout début, nous étions sur un rythme de 12 surblouses à l’heure. Aujourd’hui, grâce à l’optimisation des méthodes de travail et au prêt de soudeuses par des entreprises voisines, nous sommes à près de 100 surblouses à l’heure… ».

Le tout est produit dans un matériau qui permet à la fois une réutilisation du produit (le protocole de lavage a été validé par l’ARS pour 3 utilisations successives) et son recyclage en fin d’utilisation. L’ARS va également fortement s’impliquer pour permettre la réalisation des 77 000 surblouses en participant financièrement à l’acquisition de nouvelles soudeuses aujourd’hui nécessaires.

Par  Jacques-Olivier Gasly