Événements
Pêche Thématiques Développement durable Normandie Seine-Maritime Energies

Éolien en mer : début de la 2ème phase pour le parc Dieppe – Le Tréport

Publié le  14/06/2024
Jacques-Olivier Gasly
©DEME
Après une interruption prévue du chantier de parc éolien en mer au large de Dieppe et du Tréport, les travaux, notamment de battage et de forage, permettant l’installation des pieux qui soutiendront les fondations des éoliennes, vont pouvoir reprendre. Objectif : une mise en service pour octobre 2026.

Si les conditions météo le permettent, la seconde moitié du mois de juin devrait être marquée par la reprise des travaux en mer du futur parc éolien Dieppe – Le Tréport. D’une puissance totale de 496 MW, ce parc, composé de 62 éoliennes, doit alimenter à compter d’octobre 2026 l’équivalent de la consommation de 850 000 personnes par an, soit plus des deux tiers de la population de la Seine-Maritime alimentée en électricité durable.

La technique de battage utilisée pour installer les fondations des éoliennes étant jugée bruyante, un « piling ban* » de plusieurs mois a été observé par la société Éoliennes en Mer Dieppe Le Tréport (EMDT), filiale d’Ocean Winds, qui a remporté en juin 2014 l’appel d’offres lancé par l’État. Objectif de la manœuvre : préserver les mammifères marins en cette période de l’année, jugée la plus sensible à leur bon développement.

Par ailleurs, afin de conforter ces efforts en faveur de l’habitat marin, EMDT a décidé de recourir à une méthode totalement innovante de protection acoustique : le rideau de bulles ! Pour réduire la propagation du bruit généré par le battage des pieux qui soutiendront les fondations à 4 pieds, (installation prévue en 2025), l’entreprise a décidé de mettre en place un double rideau de bulles autour des navires auto-élévateurs et, également au besoin, autour des emplacements où seront installés les pieux. Cette opération permettra de réduire le bruit du battage de pieux dans la colonne d’eau (bruit sous-marin) et dans la colonne d’air (bruit aérien).

Sur place, seront déployés le navire auto-élévateur « Apollo », appartenant à DEME, chargé de procéder aux opérations de battage et de forage nécessaires à l’installation des pieux, mais aussi les navires de surveillance « Goury » (BBTM) et « TSM Ouessant » (TSM), lesquels s’assureront du respect des règles de navigation qui sont établies. Par ailleurs le Normand Skipper Tide acheminera quant à lui les pieux entre le port de Cherbourg et la zone de travaux.

Des règles de navigation strictes

Afin de garantir la sécurité de l’ensemble des usagers de la mer, des règles de navigation ont été établies. Il conviendra en effet de respecter une distance de sécurité autour des navires qui seront en opération. Ainsi, la navigation, le stationnement, le mouillage des navires, engins et embarcations, la pêche, la baignade, la plongée sous-marine et toutes autres activités nautiques sont strictement interdits dans la zone de travaux (zone rouge – cf carte ci-dessous) en dehors des navires d’opération. Pour ce qui est de la navigation des navires de passagers, commerciales (NUC), jauge sup à 500 UMS, celle-ci est autorisée à partir de 2 Miles (extérieur de la zone verte).

Les navires et engins nautiques en mission de service public ou dans le cadre d’une opération d’assistance et de sauvetage, ainsi que les navires affrétés dans le cadre de la réalisation des travaux ne sont pas concernés par ces restrictions.

* Interdiction prévue dans les arrêtés d’autorisation des opérations de battage de pieux de février à mai, périodes les plus sensibles pour les mammifères marins présents dans la zone

Par  Jacques-Olivier Gasly