Événements
Thématiques Normandie Formation Eure BTP Emploi

Le CEREF BTP ouvre ses portes

Publié le  04/06/2020
Jacques-Olivier Gasly
Créé en 1972 à l’initiative des professionnels du BTP et installé au Grand-Bourgtheroulde depuis 1999, le CEREF BTP s’apprête à ouvrir ses portes au grand public le 20 juin prochain. Objectif : montrer la diversité de ses formations et présenter son nouveau statut de CFA.

Depuis la fin de l’année 2019, le CEREF BTP (Centre Régional de Formation du BTP) dispose d’une nouvelle corde à son arc. S’il demeure toujours un centre d’excellence pour le développement des compétences des salariés, futurs salariés et chefs d’entreprise du BTP, en formation continue ou en apprentissage, le CEREF dispose également d’une filière CFA.

« Nous avons signé en fin d’année 2019 nos premiers contrats en CFA d’entreprise », explique Pierre-Edouard Quettier, président du CEREF BTP. Un nouveau statut rendu possible depuis la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, initiée par Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Objectif : permettre aux entreprises d’ouvrir leur propre CFA pour former des jeunes et faire ainsi de l’apprentissage un outil de recrutement performant.

Implanté dans l’Eure, le CEREF BTP accueille chaque année près de 4 000 stagiaires venus des quatre coins de la Normandie. Certains viennent pour une à deux journées, le temps d’une formation, d’autres sur plusieurs mois le temps de passer leur CAP ou leur BP (100 % de réussite dans les deux cas). « Nous disposons d’une superficie de 2 hectares, ce qui nous permet d’avoir à la fois des salles de cours modernes, des plateaux techniques spacieux ainsi que des espaces extérieurs », complète François Girault, directeur du CEREF BTP.

Autrement dit, stagiaires et apprentis peuvent aussi bien se perfectionner aux outils numériques, désormais impératifs dans les métiers du BTP, tel le BIM (Building Information Modeling), véritable maquette numérique qui permet de suivre un bâtiment de sa conception à sa déconstruction, qu’au maniement des échafaudages et autres engins de terrassement, ou encore à la soudure sur zinc pour les couvreurs, au traçage de plan à l’échelle 1 et à la découpe de bois pour les charpentiers…

 

« Ce qui est assez exceptionnel, c’est que vous avez ici des gens qui s’épanouissent et qui excellent dans leur métier en pratiquant la trigonométrie au quotidien alors que dans un système scolaire classique, ces personnes n’étaient pas à l’aise », explique Pierre-Edouard Quettier à son visiteur du jour, Jérôme Filippini, préfet de l’Eure, venu constater la bonne reprise et la mise en place des mesures de distanciation au sein du CEREF BTP.

Un organisme de formation dont l’activité pourrait bien connaître un nouveau pic sur l’année 2020, c’est en tout cas le souhait de ses promoteurs. « Lors des précédentes crises, de nombreuses entreprises ont eu recours à la formation pour éviter de licencier. C’est donc une formule que nous souhaitons promouvoir. Car notre crainte, c’est que pour répondre à la demande, les entreprises soient tentées de tout miser sur la production et au final se détournent de la montée en compétence de leurs collaborateurs », souligne Pierre-Edouard Quettier. Des formations qui, pour répondre au plus juste aux attentes des entreprises, sont en mesure d’être réalisées à la demande par le CEREF BTP.

Par  Jacques-Olivier Gasly