Événements
Thématiques National Normandie Formation Numérique Eure Commerce CCI

Les CCI et la Confédération nationale des buralistes repensent les bureaux de tabac

Publié le  16/12/2020
Jacques-Olivier Gasly
De gauche à droite : Philippe Coy, président de la Confédération nationale des buralistes ; Fabrice Lefebvre, président du syndicat départemental des buralistes de l’Eure ; et Murat Koru, vice-président de la CCI Portes de Normandie.
Repenser le métier des buralistes pour pérenniser ces commerces de proximité dont les deux confinements ont contribué à rappeler le rôle d’acteur de la vie locale (24 000 bureaux de tabac en France), tel est l’objectif du « Fonds de Transformation »…

Si le rôle premier d’un buraliste est bien celui de commercialiser du tabac au nom de l’Etat (produit sous monopole régi par les Douanes), il s’agit néanmoins d’une activité en pleine mutation. Politique d’augmentation du prix du tabac dans le cadre de la lutte contre le tabagisme, concurrence illégale du marché parallèle*… « Aujourd’hui, seuls 42 % des personnes qui poussent la porte de nos enseignes viennent pour acheter du tabac », assure Philippe Coy, président de la Confédération nationale des buralistes.

En déplacement sur la commune de Val-de-Reuil (27), il est venu visiter aux côtés de Fabrice Lefebvre, président du syndicat départemental des buralistes de l’Eure, plusieurs points de vente récemment engagés dans une opération de transformation de leurs commerces dans le cadre du « Fonds de Transformation » national, orchestré conjointement avec le réseau des CCI. « Face à ces chiffres, vous avez deux options : les dénoncer en disant que cela va mal et attendre des jours meilleurs ; ou prendre les devants afin de conquérir de nouveaux clients sur de nouveaux produits. Cela suppose cependant d’accepter de voir les choses autrement et de faire différemment son métier… », prévient Philippe Coy.

Afin de les y accompagner, les buralistes qui décident de s’engager dans cette démarche via le « Fonds de Transformation », bénéficient d’un audit préalable à toute action, réalisé par les CCI. Dans l’Eure, ce sont les conseillers de la CCI Portes de Normandie que s’en chargent (pas moins de 11 audits ont été réalisés en 2020) avant de passer aux étapes suivantes**.

« Le but de cet audit est de mettre en lumière les points forts et les pistes d’amélioration, d’identifier la pertinence de telle ou telle nouvelle activité en la confrontant à notre expertise et à notre connaissance du tissu économique local, car on ne voit pas toujours les choses de la même façon quand on est chef d’entreprise ou commerçant… Il n’est pas rare d’imaginer détenir « LA » bonne idée alors qu’en proximité, celle-ci est déjà déployée », assure Murat Koru, vice-président de la CCI Portes de Normandie venu signer la déclinaison locale de cette convention.

Également propriétaire du tabac-presse « Le Rolivalois », Fabrice Lefebvre, président du syndicat départemental des buralistes, est lui-même un acteur convaincu de cette démarche. « Depuis de nombreuses années, nous cherchons à innover, à nous rendre plus visibles dans notre environnement, à dépoussiérer l’image de notre profession et surtout à faire évoluer notre métier. A titre d’exemple, aujourd’hui j’ai plus de clients disposant d’un compte bancaire alternatif chez moi que l’agence bancaire voisine ».
Un établissement que Fabrice Lefebvre a su faire évoluer et qu’il n’hésite pas à mettre en avant auprès de ses confrères. « Tous les mois je reçois de 4 à 5 visites d’autres buralistes qui veulent se rendre compte par eux-mêmes de l’intérêt des écrans numériques, de la scénarisation du lieu de vente ou encore des aménagement extérieurs », insiste chiffres à l’appui le buraliste. « Refaire une devanture avec un bon éclairage, c’est 10 % de clients en plus ». Une façade qui désormais doit afficher une toute nouvelle « carotte » dont la mention « tabac » a désormais disparu.

*Alors que son bureau de tabac est loin d’être dans une zone frontalière à proprement parler, Fabrice Lefebvre a été en mesure de pouvoir quantifier l’impact du marché parallèle. Alors que toutes les frontières avec nos voisins européens étaient fermées lors du premier confinement, rendant tout approvisionnement dans des pays de moindre fiscalité impossible, « Le Rolivalois » a enregistré une hausse de ses ventes de tabac de 60%. Un chiffre rapidement revenu à la normale et surtout inégalé lors du deuxième confinement, moins contraignant dans les échanges avec l’étranger.

**Depuis 2019, CCI France et la Confédération nationale des buralistes collaborent à la mise en œuvre du plan de transformation des buralistes au niveau national. L’audit a pour objectif de déterminer une feuille de route pour le buraliste dans le cadre du repositionnement de son activité. Dans l’Eure, la convention va au-delà du partenariat mis en place depuis 2019 et intègre :

  • l’accompagnement du buraliste par le Conseiller CCI dans la rédaction du dossier de pré-validation de la subvention auprès des Douanes,
  • deux autres actions visant soit à développer le CA avec un accompagnement à la visibilité numérique du point de vente, soit à sécuriser l’entreprise avec notamment la mise à jour ou la création du Document unique pour toute entreprise employant au moins un salarié et adapté dans le cadre de la crise sanitaire que nous vivons,
  • l’adhésion au dispositif CCI Vigicommerce.
Par  Jacques-Olivier Gasly