Événements
Création / Reprise International Agroéconomie National Normandie Innovation Orne Tourisme Commerce

Levée de fonds et nouvelle cidrerie : Sassy dépoussière l’image du cidre

Publié le  31/01/2019
Jacques-Olivier Gasly
Sassy
Présents dans une quinzaine de pays, les cidres de Sassy s’adressent majoritairement à un public âgé de 18 à 35 ans, urbain et adepte des afterworks
Enfants, Xavier d’Audiffret Pasquier et Pierre-Emmanuel Racine-Jourdren jouaient régulièrement dans les allées des vergers du château de Sassy. Quelques années après, c’est encore dans les caves du château qu’ils expérimentent la dégustation de la petite production familiale. Mais ce n’est que bien des années plus tard, après un début de carrière dans la finance internationale, que l’idée de faire du cidre un nouveau style de vie germe dans la tête des deux camarades.

« En France, l’image du cidre n’est pas forcément associée à une image tendance. En revanche, dans d’autres pays comme l’Angleterre, consommer du cidre au pub est tout à fait normal », explique Pierre-Emmanuel Racine-Jourdren. Persuadé qu’il existe une place pour un produit qui leur ressemble et qui réponde aux attentes des consommateurs, c’est en 2013 qu’avec son ami d’enfance, Xavier d’Audiffret Pasquier, il fonde “Sassy” : vif, impertinent en anglais… En s’associant à un producteur local, ils élaborent différentes recettes et imaginent un packaging plus attrayant et empreint de modernité. “Notre objectif dès la création de l’entreprise a été de nous positionner sur le bon et le beau pour redorer le blason du cidre” assure Pierre-Emmanuel Racine-Jourden.

Et très rapidement consommateurs et prescripteurs adoptent les différentes variétés de cidre proposées par la jeune maison. “De grands noms de la cuisine, mais aussi des spécialistes des cocktails nous ont rapidement fait confiance (Anne-Sophie Pic, Alain Ducasse, Maxime Hoerth…) de Paris à Londres en passant par Sydney et Hong-Kong”. Et très rapidement les ventes s’envolent, ce qui permet à l’entreprise d’investir sur l’avenir, à commencer par re-planter des vergers.

“Aujourd’hui, nous venons de boucler la phase II de notre feuille de route et de réaliser notre première levée de fonds”, détaille Pierre-Emmanuel Racine-Jourden. 1,5 millions d’euros qui vont servir à l’investissement d’une petite cidrerie située au château, afin de permettre des visites, mais aussi de travailler sur la notoriété de la marque. “Nous allons accentuer la communication, notamment sur les réseaux sociaux, mais aussi travailler sur le référencement et la distribution de nos produits, à l’image de ce que nous venons de faire avec Monoprix”.

Aujourd’hui présents dans une quinzaine de pays, et notamment en Angleterre qui constitue un marché important pour l’entreprise, les cidres de Sassy s’adressent majoritairement à un public âgé de 18 à 35 ans, urbain et adepte des afterworks. “ Mais pas que… Nos recettes et celles que nous développons ont pour objectif de séduire un large public. Et ce d’autant plus que le cidre constitue une vraie réponse aux consommateurs qui ont des attentes de plus en plus fortes sur les produits sans gluten et responsables”.

En 2017, la société affichait fièrement un volume de 1 000 000 bouteilles vendues. Grâce à son développement à l’international, les objectifs de Maison Sassy sont désormais de plus de 2 000 000 de bouteilles écoulées…

Mot(s) clé(s)
#Cidre #Sassy
Par  Jacques-Olivier Gasly