Événements
Normandie Formation Innovation Manche Seine-Maritime Energies Emploi Industrie CCI

Nucléaire en Normandie : l’écosystème normand se met en ordre de marche 

Publié le  28/09/2022
Jacques-Olivier Gasly
Organisées le 27 septembre à Dieppe à l’initiative de Normandie Énergies et de la Région Normandie, en partenariat avec CCI Normandie, les « Rencontres de l’excellence nucléaire en Normandie » ont été l’occasion de faire un point sur la production nucléaire en Normandie. Un état des lieux doublé d’une démarche proactive en prévision des projets de demain…  

Donner de la visibilité aux entreprises et aux organismes de formation, mais aussi de rappeler aux donneurs d’ordres la vigilance avec laquelle les collectivités observeront les retombées économiques pour les entreprises du territoire, tel pourrait être le résumé de cette journée riche en informations et qui a su mobiliser ! Pas moins de 600 personnes ont répondu à l’invitation des organisateurs qui ont ainsi fait salle comble au théâtre du casino de Dieppe. Il faut dire que l’enjeu est de taille : aux chantiers de grand carénage et de visite décennale pour les centrales de Paluel et Penly, s’ajoute l’ombre de l’EPR 2 de Penly dont le débat public aura lieu du 27 octobre 2022 au 27 février 2023.

Car pour parvenir à l’objectif rappelé par le chef de l’État lors de son discours de Belfort, le 10 février 2022, à savoir atteindre la neutralité carbone en 2050, le mixte énergétique est indispensable. « 2050, c’est demain pour les projets structurants. Et sans le nucléaire, il sera impossible de parvenir à une production décarbonée capable de satisfaire nos besoins », a rappelé en préambule de cette journée Cédric Lewandowski, directeur du parc nucléaire et thermique d’EDF. Ainsi, de 6 à 8 EPR2 seront à construire en France et le 1er d’entre eux pourrait bien voir le jour à Penly, en Normandie. « En matière d’emploi, la construction de ces 6 réacteurs va nécessiter au bas mot 30 000 personnes et 10 000 en exploitation. Et pour EDF, nous tablons sur le recrutement de 150 000 personnes en 8 ans ! ».

Des chiffres qui ont de quoi donner le vertige, mais qui auront aussi une résonnance dans les territoires concernés. Ainsi, en Normandie, sur les entreprises membres de Normandie Énergies, 3 000 recrutements ont été identifiés, venant ainsi s’ajouter aux 22 000 salariés employés dans le nucléaire en Normandie.  « Nous avons une chance exceptionnelle : celle de disposer d’une continuité d’activité sur les 15 prochaines années », s’est ainsi réjoui Alban Verbecke, président de Normandie Énergies.

Des entreprises régionales qui ont la possibilité de disposer d’une vision globale des marchés attribués localement via la plateforme développée par le réseau des CCI de Normandie, CCI Business, fléchée par EDF comme étant le point de contact pour l’ensemble de ses chantiers.

Penser aujourd’hui le territoire de demain 

« Côté calendrier, une fois le projet validé par le gouvernement, les premières équipes seront constituées aux alentours de mai 2023. Dès 2024, ce sera l’arrivée des engins pour réaliser les travaux préparatoires, majoritairement du terrassement. Il faudra encore attendre 2027 pour que le béton du réacteur soit coulé pour une mise en service en 2035 », détaille à son tour Gabriel Oblin, directeur du projet EPR2 Penly. « Et pour ce qui est des effectifs, le pic du chantier est prévu en 2029 avec 7 500 personnes sur site avec un objectif de 4 000 locaux ».

Mais si l’ensemble des acteurs économiques et politiques du territoire dieppois s’accordent à parler d’une même voix pour accueillir ce projet, de nombreux points de vigilance sont d’ores et déjà à prendre en compte. Ainsi, en ne voulant plus investir sur les métiers du nucléaire pour maintenir les compétences ou encore former sur des métiers traditionnels tels que ceux de la robinetterie, de la soudure ou de la chaudronnerie, « nous avons perdu plusieurs années », reconnaissent en duo Sébastien Jumel, député de la 6ème circonscription de Seine-Maritime et Hervé Morin, président de la Région Normandie.

Pour y remédier, une nouvelle formation vient d’être inaugurée au sein du lycée Émulation Dieppoise. L’école HEFAÏS (Haute école de formation soudage) a également vu le jour en 2020 dans le Cotentin et de nouvelles écoles ont elles aussi annoncé leur arrivée sur le territoire. « Nous sommes actuellement engagés dans un projet de rénovation de notre centre de formation de Dieppe pour accueillir de nouveaux programmes », a d’ailleurs confirmé Vincent Laudat, président de la CCI Rouen Métropole. Des initiatives à pérenniser et surtout amplifier pour être à l’heure au rendez-vous !

 

Par  Jacques-Olivier Gasly