Evénements
Calvados Industrie chimique Emploi

Une mutuelle militante

Publié le  01/03/2018
Justine Hunault
Une mutuelle militante
Solidement ancrée dans la région, la Mutuelle Familiale de Normandie est le témoin des évolutions préoccupantes de la protection sociale.

C'est une des questions fondamentales de la société française : l'avenir de la protection sociale, du système de santé en général, marqué par une difficulté croissante (géographiquement, financièrement) à l'accès aux soins. Des acteurs du domaine continuent à défendre des valeurs et des principes au premier rang desquels se trouvent la solidarité, l'écoute.
 
C'est le cas de la Mutuelle Familiale de Normandie, présente depuis presque un demi-siècle, et qui rayonne sur le territoire normand avec des implantations à Lisieux (siège social), Caen, Cherbourg-en-Cotentin, Le Havre, Évreux. Une équipe de 11 salariés, dirigée par Stéphanie Liné, qui se revendique " militante de l'accès aux soins ", et qui fait partie des fédérations des Mutuelles de France et Mutualité Française. Une structure qui compte 10 000 personnes protégées, qui, par son fonctionnement, son ancrage, son activité, se range parmi une petite centaine de Mutuelles de ce type en France, dans un secteur marqué par les regroupements et les concentrations.
 
Le quotidien de la MFN, c'est la proximité, l'écoute. On parle prix, contrats, produits, bien sûr, mais on n'oublie jamais l'humain derrière chaque dossier. " Nous connaissons nos adhérents ", résume Stéphanie Liné. Un engagement qui se traduit par une recherche permanente de solutions face aux problématiques individuelles, comme celles des frais dentaires, sur lesquels des impasses sont de plus en plus consenties, ou dans les cas qui deviennent classiques de dépassements d'honoraires. Une commission de secours exceptionnels peut être mise en place pour examiner – anonymement – les dossiers et permettre de trouver des réponses, en liaisons étroites avec d'autres intervenants comme le CCAS.
 
" Nous sommes attachés à la notion citoyenne de l'accès aux soins. Chez nous, pas de questionnaire médical ", poursuit Stéphanie Liné, qui s'inquiète du réel danger de fracture sanitaire et sociale : " Nous constatons une renonciation aux soins et à la protection sociale ".Cela va nous apporter un renfort certain sur des aspects techniques, législatifs, juridiques

Source : Magazine Normandinami #25 | Mars-Avril 2018

Copyright : Normandinamik

Par  Justine Hunault
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
La CCI Seine-Estuaire met les PME à l’honneur