Événements
Thématiques Normandie Innovation Numérique Eure Aéronautique Entreprendre Emploi Industrie CCI Médias / Vidéos

A Louviers (27), CERI lauréat du plan de relance automobile

Publié le  06/10/2021
Jacques-Olivier Gasly
Spécialisée dans la conception de machines-outils industrielles (automobile, pharmacie…), l’entreprise CERI fait partie des 98 projets d’investissements productifs soutenus par les fonds de modernisation et de diversification des filières automobile et aéronautique annoncés le 17 mai dernier par Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher. Elle vient de recevoir des mains du préfet de l’Eure son label officiel…

Créé en 1976 et installé sur la commune de Louviers, dans l’Eure, le groupe CERI conçoit et fabrique des équipements de production répondant aux demandes et exigences des industriels du futur. Il est composé de CERI Machining Solutions, qui valorise les process et machines d’usinage, BOUST, qui développe la mécanique de précision et enfin SRIMATEC, qui intègre des solutions robotisées et des lignes de manutention automatisées. Composé de 120 personnes, le groupe comptait avant la crise sur des marchés à l’export représentant jusqu’à 20 millions d’euros.

« Or, du jour au lendemain, nous nous sommes retrouvés dans une situation très compliquée qui a été synonyme pour le groupe d’une perte d’activité de l’ordre de 50 % », explique Arnaud Sabia, président du groupe CERI à Jérôme Filippini, préfet de l’Eure. Fort heureusement, le groupe s’est engagé dès 2018 dans une démarche de diversification et de transformation numérique. Une « transition douce » qu’il a fallu rapidement adapter à la situation.

« D’un montant total de 1 015 000 euros, ce programme prévoit entre autres la capacité pour le groupe de proposer une plateforme de digitalisation de remontée des données, ce qui permet de communiquer en temps réel avec les machines installées chez nos clients », poursuit Arnaud Sabia, soulagé de pouvoir compter sur une aide de l’Etat de 507 500 euros, attribuée au nom du fonds de modernisation et de diversification des filières automobile et aéronautique. Une technologie qui permet aussi bien d’assurer de la maintenance prédictive que d’intervenir directement via des interfaces de réalité augmentée, présentée au préfet Filippini lors de sa visite.

Un déplacement qui a également permis à Arnaud Sabia de remonter des difficultés de terrain rencontrées par les entreprises, tels les délais d’instruction des demandes de Crédit Impôt Recherche. « Nous ne demandons pas de passe-droit, mais quand une entreprise, qui est régulièrement auditée depuis 2010 pour ce type de dossier, candidate à un tel dispositif, peut-être pourrait-elle bénéficier d’un contrôle plus rapide ? Aujourd’hui nous sommes sur des délais d’instruction annoncés de 8 à 12 mois ! Et en ce qui nous concerne, il s’agit de montants à plus de 400 000 euros…».

Par  Jacques-Olivier Gasly