Événements
National Développement international Seine-Maritime Transport / Logistique

Les trois ports de l’axe Seine en baisse en 2016

Publié le  01/02/2017
Jacques-Olivier Gasly
Les trois ports de l’axe Seine en baisse en 2016

Le ralentissement du commerce mondial, une mauvaise récolte céréalière et les mouvements sociaux du printemps dernier ont plombé en 2016 le trafic maritime d'Haropa, qui regroupe les ports du Havre, Rouen et Paris. Haropa a enregistré en 2016 une baisse de 4,8 % de son trafic maritime global, à 87,1 millions de tonnes, après un légère hausse en 2015.

 

Pour son président Hervé Martel, " nous avons accumulé les handicaps ". Refusant de " céder au catastrophisme ", il assure que la part de marché d'Haropa sur les conteneurs échangés dans les ports du Range nord européen est passée de 5,9 % à 6,4 % entre 2011 et 2016. Il rappelle aussi que ces handicaps n'ont pas empêché Le Havre de battre " pour la deuxième année de suite son propre record de trafic de conteneurs de et vers le marché français ", avec 1,96 million d'EVP (équivalent vingt pieds, unité de mesure des conteneurs), en hausse de 0,6 %.

 

Pourtant, quasiment tous les secteurs sont touchés par la baisse. Les vracs liquides (pétrole et produits raffinés) ont baissé de 4,3 %, les vracs solides de 9,5 %, avec une diminution de 17 % pour les seules céréales : à Rouen, c'est la mauvaise météo qui a impacté le trafic des céréales, après " l'une des plus mauvaises récoltes céréalières de ces trente dernières années ", a  commenté Nicolas Occis, directeur du port.

 

Alors que le premier semestre a été positif, le second a été " historiquement bas ", pour une baisse de – 17  % et terminer à 6,8 millions de tonnes exportées. Enfin, le trafic de conteneurs a lui aussi baissé de 2,4 % à 2,6 millions d'EVP, et de 4,2 % en volume, à 25,30 millions de tonnes. Au Havre, ce secteur stratégique a baissé de 1,6 %, à 2,51 millions d'EVP et de 3,4 % en volume, à 24,62 millions de tonnes. Ce recul s'explique par la diminution des volumes liés aux transbordements, " volatils par nature ", insiste Hervé Martel, à hauteur de 8,7 %, et par les grèves du printemps qui ont entraîné l'annulation d'une centaine d'escales.

 

Du coté des bonnes nouvelles, le trafic des vracs solides est resté stable avec une progression à Rouen pour les engrais (+ 10,5 %) et autres vracs agroalimentaires (+ 11 %). Le trafic roulier a augmenté au Havre de 5 % à 313 000 véhicules traités, la croisière maritime a le vent en poupe - 118 escales de paquebots au Havre (+ 24 %) avec 332 800 passagers (+ 49 %). Autre bonne nouvelle, le terminal multimodal du Havre commence à être opérationnel, après le fiasco de son démarrage.

 

Enfin, le dynamisme de la construction et des chantiers du Grand Paris Express booste les tonnages fluviaux : la seule progression des Ports de Paris est dûe à son activité fluviale, à + 0,9 %, à 20,20 millions de tonnes, portée essentiellement par les matériaux de construction (+ 2,3 %). Pour la direction d'Haropa, l'élément le plus positif peut-être vient de la croissance des investissements, publics et privés, le long de l'axe Seine. En croissance de plus de 17 % à 527 millions d'euros en 2016, ils devraient grimper à près de 690 millions en 2017, soit plus de 30 %.

Source : ANI

Copyright : ANI

Par  Jacques-Olivier Gasly
La news hebdo
La news hebdo

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité économique des CCI Normandie.


Après cet article
La Normandie au salon de l’agriculture